Wenfile

Là où la guerre menace, là où les loups gouvernent ...
 
AccueilS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 » Quand as-tu autant grandis ? [PV/Badhell]

Aller en bas 
AuteurMessage
Silver

avatar

Messages : 335
Date d'inscription : 20/06/2011
Localisation : ~ Il est préférable pour toi de l'ignorer...

MessageSujet: » Quand as-tu autant grandis ? [PV/Badhell]   Lun 30 Juil - 22:08


    »SILVER.

    » Quand as-tu autant grandis ?

    Ouvrant lourdement mes paupières endolories, je paniqua un court instant, totalement désorienté avant que les souvenirs ne me reviennent. A peine rentrée de ma réunion d’état avec mon Alpha et la nouvelle venue Vampire, je m’étais évanouie à peine arriver dans ma tanière, exténuée. J’ignorais combien de temps j’avais ainsi piqué du nez mais jugea m’être assez reposé. Me redressant lourdement, je m’assis sur le sol caverneux, les oreilles bourdonnantes et la tête sur le point d’exploser. Les jours passaient et la douleur ne cessait de grandir. Je me savais condamnée mais chose étrange, je n’avais pas peur. La mort ne m’effrayait pas. Sans doute étais-je folle de penser une telle chose, la mort nous effrayer tous. Mais, je savais que le jour venu, je l’accueillerais à bras ouvert, comme on accueille une vieille amie. Un pincement dans ma poitrine m’arracha une grimace et je me mis à tousser bruyamment. Je ne fus pas surprise de voir mon sang tâchait le sol, ce n’était pas la première. Combien de temps me restait-il ? Il était malheureusement impossible de le savoir.

    La mort était l’aboutissement de toute chose. Chacun d’entre nous le savait, la mort était une réalité inéluctable, on se savait tous condamné un jour ou l’autre. Cet aspect de l’existence était un des défis les plus difficiles que la vie pouvait nous proposer. On vivait insouciamment, profitant de l’instant présent, envisageant un futur commun et on était heureux. Le temps passe et vient la mort. Cette dernière venait subitement sonner à votre porte, vous signalant qu’il l’heure. L’heure de mourir. Il pouvait sembler totalement désespérant et absurde à celui qui refusait d’y faire face, de voir la réalité et de l’assumer. Mais pour celui qui parvenait à accepter cette réalité aussi cruelle qu’elle pouvait être, c’était toute la valeur de la vie, du présent, des relations et du développement personnel qui s’en trouvait bouleversé. Je faisais partie de cette deuxième catégorie. J’avais accepté ma mort prochaine. La mort n’était guère un sujet auquel nous autres, vivants, pensions de bonne grâce. La plupart des gens avaient tendance à faire comme si cette réalité n’existait pas ou ne les concernait pas. Pourtant, c’était une question qui nous touchait tous. Du fait que nous étions vivants, nous étions voués à mourir tôt ou tard, d’une mort définitive. Nous recevions une seule vie dont la durée limitée mais inconnue et dont la fin était inéluctable, irrémédiable et définitive. C’est comme si on nous donnait un cadeau puis qu’on nous le reprenait. C’était ça la vie.

    Voyant ma mort approchée, j’avais passé en revue toute ma vie qui n’avait été toujours rose. Rares étaient les moments où je pouvais me qualifier d’heureuse. J’en étais même venue à oublier cette sensation, celle du bonheur. Je ne m’en rappelais pas. Et peut-être était-ce mieux ainsi. Les premiers mois de mon enfance avait été tendres et chaleureux. Jusqu’à l’abandon soudain de ma mère qui emporta avec elle mon frère ainé, Stuka. Mon père avait été bouleversé par ce départ inexplicable, tout comme le louveteau que j’étais. Je me souviens qu’il ne savait pas comment s’y prendre avec moi, entreprenant toujours les choses de façon gauches. Mais, il n’avait jamais cessé de m’aimer. Son père avait été le précédent Bêta, respecté de toute la meute et envié par de nombreux loups pour sa gloire. C’est ce qui le conduisit à sa perte. Il mourut assassiné. Son meurtrier n’était autre qu’un loup misérable, jaloux de mon père. Ce dernier fut nommé Bêta suite au ‘décès’ de mon père. Je ne pouvais accepter une telle chose. Malheureusement, j’étais trop jeune pour venger mon père. Alors je pris mes distances vis-à-vis de la meute et partit m’entraîner sans compter, habitée par un terrible esprit de vengeance. Puis vint le jour où j’atteins la force nécessaire pour défier le Bêta et meurtrier de ma dernière famille. Je remporta ce combat, tuant sans une once d’hésitation ce misérable. Ainsi j’accéda au rang de Bêta, succédant à mon père à l’âge de seulement deux ans. Allez donc comprendre pourquoi j’étais autant respecter dans la meute.

    C’est à cette époque que je rencontra personnellement DeathBurn, l’Alpha de la meute. Il était bien plus âge que moi mais, il avait tout mon respect. Je n’aurais jamais cru qu’une telle complicité verrait le jour entre nous deux. Etant sa seconde, je passa le plus clair de mon temps à ses côtés. Mes débuts ne furent guère facile, DeathBurn se révéla être un Alpha des plus exigent. Mais au fil du temps, il se montra plus doux envers moi et je pus entrevoir sa bonté. En dessous de DeathBurn, l’Alpha sanguinaire des Gwanfires se trouvait un autre loup, plus doux et bienveillant. Enfin, si on pouvait parler ainsi d’un Gwanfire… Plus qu’un ami, il devint mon confident, mon frère, mon père. Seule au monde, DeathBurn était ma lumière dans toute cette noirceur. Je ne jurais que par lui. Il était mon tout. Je lui étais dévoué corps et âme. J’avais retrouvé goût au bonheur grâce à lui. Pourtant, au fond, je le savais. Je savais qu’un tel bonheur ne pouvait pas durer. DeathBurn disparut du jour au lendemain, tel un fuyard. Je ne pouvais y croire, jamais il n’aurait abandonné la meute. Et pourtant. Je fus anéantie par son départ. Cependant, en tant que Bêta, je me devais de me ressaisir. DeathBurn avait laissé derrière lui son fils unique, BadHell. Je l’avais connu jeune, dès mes débuts de Bêta. Et pourtant, notre différence d’âge n’était pas si grande. J’étais simplement entrée dans la cour des grands avant lui. Au fond, je ne m’en rendais compte que maintenant mais, moins de deux années nous séparaient l’un de l’autre. Juger encore trop jeune pour devenir Alpha, je pris les rênes de la meute en attendant qu’il grandisse davantage, supervisant son entraînement. BadHell avait hérité du même pouvoir que son père. Il m’arrivait souvent de revoir DeathBurn en son fils. Mais, ils étaient deux personnes bien distinctes. Le louveteau qu’il était devint un jeune mâle et je lui légua la tête de la meute, reprenant mon post de Bêta.

    Après cette épisode, je reçu la déclaration de Cameron, on assassin de la meute. L’amour ne m’avait jamais véritablement intéressé mais, ce loup avait su me toucher et j’accepta son amour, me lançant dans une nouvelle expérience qu’était les sentiments amoureux. Chose incroyable, Cameron avait su se faire aimer de ma personne. Moins d’une année plus tard, nos louveteaux virent le jour, un mâle et une femelle répondant aux noms de Spry et Rubis. Nous les couvèrent d’amour, heureux et comblés. Néanmoins, je n’étais pas faite pour une vie heureuse. Cameron fut assassiné tout comme mon père le fut avant lui. Un comble pour un assassin. Peut-être que les mâles qui m’aimaient était condamnés à mourir. C’était une des conclusions que j’avais fini par tirer. A la mort de son père, Spry devint comme fou et sombra dans la haine. Ce jour là, j’ai perdu mon bien-aimé et mon fils mais aussi mon cœur. Tout ce chagrin avait forgé une carapace de glace autour de ma personne, je m’étais renfermé sur ma propre personne, bannissant toute émotion. Plus rien n’avait d’importance dorénavant. Cependant, une unique lumière persistait. Eska. Cette louve que nous avions recueillie dans la meute avec DeathBurn. A mes yeux, elle était la petite sœur que je n’avais jamais eue. A nous trois, nous formions un trio invraisemblable. La disparition de DeathBurn nous avait encore plus rapprochées puis à la mort de mon compagnon, Eska devint l’unique soleil de ma sinistre existence. Elle seule pouvait se voir accorder un de mes rares mais véritables sourires.

    Quelques temps plus tard, Rubis devint la compagne de BadHell. Précoce dès son plus jeune âge grâce à son pouvoir, elle lui offrit une descendance. Je trouvais cela étrange de me dire que j’étais désormais grand-mère. Je rendais rarement visite à mes petits-enfants, n’étant pas vraiment branché famille. De plus, je n’éprouvais aucune sympathie pour Devil. Seul Slania suscitait mon intérêt, j’aimais bien cette petite. Cependant, une nouvelle tragédie s’abattue sur le reste de notre famille. Rubis fut assassinée, tout comme son père et son grand-père avant elle par une vampire du nom de Rozan qui réclamait désormais l’asile chez notre meute. Quel comble. Spry fut déchiré par le meurtre de sa sœur et le peu d’humanité qui lui restait disparut définitivement. Quand à moi, je pleura silencieusement la mort de ma fille. Toutes les personnes que j’aimais mourraient autours de moi. J’étais une malédiction.

    Puis vint la guerre opposant notre meute à celle des Leafegons. Spry fut chargée d’assassiné Adelle, l’Alpha des Leafegon, mission qu’il réussit avec brio. Quand à moi, je combattis fièrement aux côtés de mon Alpha tout en le protégeant jusqu’au moment où la Gamma de la meute des bois, adversaire redoutable débarqua. Servant de rempart à mon Alpha, je me chargea d’éliminer la gêneuse. Néanmoins, j’avais sous-estimé sa force. Elle combattit fièrement et suscita mon respect ainsi que mon attention. Finalement, cette guerre se résolu par la victoire du peuple de feu. L’esclavage fut élaboré. Je n’éprouvais guère d’intérêt à prendre un esclave, ce dernier ne ferait que me gêner. Et pourtant, Katana devint mon asservi. Contrairement à la majorité des Gwanfires, je la traitais bien. En la prenant comme esclave, je l’avais sauvé de la maltraitance et la haine que lui voué bien nombre de loups. Mais bien sûr, je gardais ça pour moi. Ce fut après mon combat m’opposant à la louve que ma maladie se divulgua. Elle me rongeait de l’intérieur, me vouant à une mort certaine. Je n’avais mis personne au courant, peut-être était-il temps.

    Installée au plus haut point du volcan, j’observais l’esprit songeur le spectacle qui s’offrait à moi. J’avais toujours été fasciné par ce panorama. La vue était magnifique. J’emporterais ce souvenir après ma mort, c’était certain. Lui seul m’apaisé. Malgré mes songes, je n’étais pas pourtant sans inactive et repéra très vite la présence derrière moi. Son odeur familière me parvint au museau et je n’eus aucun mal à mettre un nom sur cette odeur que je côtoyais fidèlement depuis si longtemps.

    « Bonsoir, Alpha. » dis-je dans un souffle, sans cesser de contempler mon doux refuge.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Saima
Admin
avatar

Messages : 1856
Date d'inscription : 13/12/2009
Age : 24
Localisation : Dans une lampe magique =3

MessageSujet: Re: » Quand as-tu autant grandis ? [PV/Badhell]   Mar 14 Aoû - 1:19



>>> BADHELL



Le temps allait si vite... Depuis combine de temps était-il là, sur cette terre ? Huit ans. C’était vers cet âge que DeathBurn avait eu sa progéniture avec sa mère. Cette mère n’avait servit que pour la reproduction. Des trois louveteaux qui étaient nés ce printemps là, seul Bad’ avait pu grandir. Les autres avaient été balancés en bas du volcan, ayant été jugés comme ‘inutiles’. Death’ n’avait jamais été de ces loups hyper sentimentaux. Il avait agis en pensant à la meute, afin d’avoir une descendance digne de ce nom quand il quitterait Wenfile pour rejoindre Luna. N’empêche, jamais Bad’ n’aurait été capable de telle cruauté.

Son enfance n’était pas des plus joyeuses non plus. Il avait vécu dans l’ombre de son père. Tout jeune, il avait besoin de beaucoup d’attention afin de combler ce manque. Le souvenir des crocs de son père se refermant sur ses petites oreilles le fit frémir. BadHell avait toujours les cicatrices sur son corps… Ces cicatrices, seules traces de son enfance. Oh, mais biensûr, Bad’ avait reçu d’autres blessures, par exemple, cette fois où il avait accompagné son père à la prairie. Ils y avaient rencontrés Silver. D’ailleurs, ils n’avaient pas une bien grande différence d’âge… Seulement, jamais Bad’ n’avait jugé Silver de son âge. Elle était beaucoup plus mûre et sage que lui.

Un sourire étira doucement ses traits. Silver… Cette louve fantastique avait toujours été présente pour la meute et les conseiller, lui et son père. Elle était comme une mère.
La petite expédition à la prairie s’était soldée par l’impatience de Deathburn : il avait sauté sur son fils, les pattes en flammes. Cette démonstration de force avait été l’élément perturbateur. Non seulement ça avait été humiliant, mais en plus, cela avait mis en tête de Bad’ que son père le haissait. Malgré tout, il y avait quand même eu un bon côté : le pouvoir de BadHell s’était déclenché. Grâce à sa force décuplée, il avait pu se sortir de cette impasse. Dès lors, il avait commencé un entraînement vigoureux avec ScreamHell, l’ancienne Gamma.

Là aussi c’était un chapitre important de son histoire. Scream’ n’avait pas été plus douce que Deathburn avec lui. Mais au moins, il n’avait pas été seul : HotFire était là, avec lui. Ils avaient tissés un lien aussi fort que celui de deux frères. Bad’ connaissait toutes les failles de Hot’, et Hot’ connaissait les siennes. Seulement, dès qu’il eut atteint son âge adulte, HotFire disparût.

Ce ne fut pas le seul qui quitta le volcan. DeathBurn aussi déserta le volcan, laissant la meute sasn Alpha. Silver prit les commandes, réussissant à rétablir l’ordre dans le chaos. Enfin, Bad’ atteint l’âge pour devenir Alpha. Il commença alors à régner.

Quelques années plus tard, il fit la connaissance d’une jeune louve appelée Ayamari. Cette dernière avait eu le don de se faire désirer. Elle était si belle, si innocente. Le regard de l’Alpha devint légèrement absent, tandis qu’il se remémorait, du mieux qu’il le pouvait, tous les détails qu’il avait récolté sur cette louve. Elle était hybride, mi Skywing, mi Leafegon. Et elle avait disparut, elle aussi. Bad’ plaqua les oreilles sur son crâne. Pourquoi tout le monde partait ainsi ? Ça avait été une passe assez dure… Au moins, il y eu une pointe de clarté dans ce moment sombre : DeathBrun revint, une dernière fois. Et ce qu’il lui dit cette nuit là s’était gravé à jamais dans le cœur de Bad : « Je suis fier de toi, fils ».

Bad’ sourit doucement. Depuis, il avait été en paix avec son père. Ces simples paroles avaient suscité en lui une telle fierté ! Toute sa rancune envers son père s’était envolée. Ensuite, il y avait eu des guerres. L’arrivée du créateur, Fire, dans la meute. Le retour de Hot, son aveu troublant…

Il y avait eu aussi Rubis. Cette louve lui avait donné une belle descendance. Elle était la fille de Silver et Cameron, donc très prometteuse. D’ailleurs, les enfants qu’elle lui donna le comblèrent. Slania était une louve extrêmement forte et gracieuse. Devil, quant à lui, avait beaucoup de caractère. Seulement, il y avait quelque chose en Dev’ qui le rendait détestable. C’était de la pure méchanceté et de l’égocentrisme. Il ne se souciait pas assez de la meute… Bref. Rubis finit par décéder. Il n’était jamais tombé amoureux de cette jolie demoiselle. Seulement, il avait été lui aussi extrêmement touché par sa perte. Par orgueil, il n’en laissait jamais rien paraître, détournait le sujet de Rubis quand on l’abordait. Enfin.

Tout ce passé, jusqu’à aujourd’hui. Couché à l’entrée de sa tanière, BadHell tentait de trouver le sommeil. Cependant, c’était impossible. Rozan n’était pas avec lui ce soir, il lui avait laissé la chasse libre. Or, elle devait être de retour pour le lever du soleil. L’Alpha soupira doucement. En tout, il n’y avait pas beaucoup de personnes qu’il chérissait énormément. Il y avait Slania, HotFire et Silver. Cette dernière, à leur dernière rencontre, avait semblé très lasse et fatiguée. Bad’ se souvenait l’avoir vu défaillir. Qu’est-ce que cela signifiait ? Il s’était promis d’aller la retrouver un peu plus tard pour la questionner. Tant qu’à tourner en rond à chercher le sommeil, Bad’ jugea bon d’aller la retrouver. Il la connaissait, elle ne devait pas dormir.

L’Alpha commença par se rendre à la tanière de sa Bêta. La voyant vide, il huma l’odeur pour la retrouver à la trace. Dès qu’il arriva à la base du volcan il comprit : Silver était à son sommet. Bad’ grimpa le gravier noir du sol, bondit sur un rocher stable, continuant ainsi jusqu’au plus haut point. L’odeur de Silver devint bientôt pleinement perceptible. Il finit par distinguer la silhouette musclée de la louve. Elle était aussi immobile qu’une statue. Bientôt, sa voix perça le pénombre pour le saluer. BadHell s’approcha doucement, lâchant sur un ton assez doux :

-Après tout ce temps, Silver, je pense bien que tu peux m’appeler par mon nom.

Il lui fit un petit sourire avant d’inspirer l’air de la nuit. Il savoura la chaleur de l’air, marquant une petite pause.

-Je te dérange ?

Il respectait cette louve et pour rien au monde il n’aurait voulu la contrarier, sauf peut-être sur une ou deux choses politiques. Souvent, quand un loup se retrouvait seul au beau milieu de la nuit, c’était qu’il avait besoin de solitude.

_________________
Coming Soon!

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://asteira.forumactif.org/forum.htm
Silver

avatar

Messages : 335
Date d'inscription : 20/06/2011
Localisation : ~ Il est préférable pour toi de l'ignorer...

MessageSujet: Re: » Quand as-tu autant grandis ? [PV/Badhell]   Sam 18 Aoû - 19:19


    D’un ton plutôt paisible qu’il n’accordait qu’à de rare individu, BadHell me répondit par des propos qui m’arrachèrent un fin sourire. Oui c’était bien vrai, je le connaissais depuis si longtemps. Bien trop même. Stoppant mon observation du panorama, je fixa mon regard sur BadHell. Depuis quand avait-il autant grandis ? Il était loin le petit loupiot qui devait se soumettre à son père et ne faisait que grandir dans son ombre. BadHell était désormais un fier Alpha respecté par tous. Si DeathBurn pouvait voir ce que son fils était devenu, il serait assurément fier tout comme je l’étais.

    Ayant grandis indirectement avec BadHell et assistais à son évolution, nous avions développé un lien privilégié. Rares étaient les personnes dont je me souciais mais BadHell en faisait partie. Lorsque DeathBurn avait disparu, je m’étais mise à veiller sur BadHell comme s’il était mon propre fils. J’étais attachée à ce loup. Mais le louveteau d’antan avait grandis désormais et il n’avait plus besoin d’être veiller. Car BadHell était désormais un fier Alpha Gwanfire. Mon attachement pour lui ne c’était cependant pas amenuiser. Durant ma courte session d’Alpha, j’avais surveillé sans relâche les progrès du loup jusqu’à ce que ce dernier soit prêt à relégué son père. C’était avec fierté que je lui avais rendu son dû.
    D’une voix calme et paisible, le loup m’interrogea sur l’éventuel gêne de sa présence. La solitude était ma plus grande amie mais, le temps d’une discussion s’était imposé. Une discussion sérieuse. Levant légèrement la tête, j’admira les étoiles luisantes du ciel d’automne. Qu’elles étaient belles… J’aimais le nuit, le ciel et ses étoiles. N’était-ce pas merveilleux ? Reportant finalement mon regard sur BadHell, je lui adressa un regard doux avant de lui répondre :

    « Non, viens donc me rejoindre BadHell. »

    Rares étaient les moments où je m’autorisais à l’appeler par son prénom mais, nous étions ici seuls et en toute intimité. Je pouvais donc laisser un peu de côté mon rôle de Bêta et redevenir Silver l’espaces de quelques instants. Attendant que le loup daigne me se joindre à moi, je continua mon observation des étoiles. DeathBurn nous observait-il ? Je l’espérais.

    Il était temps désormais. Temps de mettre BadHell dans la confidence. Il serait le seul à savoir et c’était bien suffisant. Je n’avais pas besoin qu’une rumeur se répande comme quoi la Bêta était mourante. Heureusement, j’avais bien assurée mes arrières et Spry était prêt à prendre ma succession. Je savais bien que ce post n’était pas différent d’un autre pour lui mais, je voulais quelqu’un de confiance en ce post de Bêta. Un Bêta était le conseiller, le bras droit de l’Alpha et un pion des plus importants dans une meute. J’avais enseigné toutes les valeurs ancestrales à mon fils bien que je savais qu’il ne serait jamais heureux de remplir ce post, il le ferait au moins décemment.

    « BadHell, il est grand temps que nous ayons une discussion. » Marquant une légère pause, j’insuffla profondément l’air chargé en chaleur du volcan. « Tu n’es pas naïf BadHell, tu te doutes de ce que je vais te dire. Je suis mourante. Depuis la dernière guerre, un virus se développe dans mon organisme. Je m’affaiblis de jour en jour. Je ne sais pas combien de temps je vais pouvoir tenir. Encore un peu je le souhaite. » Ma voix restait placide, je m’efforçais de rester de glace. Mais, annoncer votre mort certaine à vos proches n’était pas une chose facile. « La disparation de DeathBurn, ton père, nous a tous chamboulé mais je sais, je le sens qu’il est fier de toi. Nous sommes tous fier de toi, du grand loup que tu es devenu, un Alpha Gwanfire des plus respectables. »

    Une quinte de toux brute me prit et je du m’arrêter dans ma tirade. Quelle plaie. Me léchant les babines d’un coup de langue, je nettoya le sang qui avait coulé le long de mes crocs.

    « Comme tu le sais sûrement, j’ai formé Spry pour prendre ma succession. Tous les deux savons qu’il te voue une haine mortelle. Mais s’il te plaît, évite l’affrontement avec lui. Je ne le reconnais plus, il est devenu possédé par le diable. Seul la haine et la colère l’abrite. Je ne souhaite pas un affrontement mortel entre mes deux fils. » Chaque mots étaient lourdement pesés. Indirectement, je venais de faire une certaine déclaration à BadHell et je me doutais bien qu’il avait compris le message, il était comme un fils pour moi.

    Un nouveau pincement au cœur m’arrache des filets de sang. Décidemment, Luna ne voulait pas me laisser parler. Les mots m’étaient limités désormais. Tout comme ma durée de vie, le compte à rebours était lancé. Sans doute comprenez-vous désormais pourquoi je parle si peu.

    « Il y a aussi quelqu’un que j’aimerais te confier, c’est Eska. J’ignore si tu te rappelle d’elle, nous l’avons recueillie dans la meute ainsi que son frère, Nobu avec ton père lorsque ce dernier était Alpha. Cependant, Nobu est l’aîné et dégage bien plus d’assurance qu’Eska, il est capable de se débrouiller seul. Ce n’est pas le cas de sa sœur, elle est encore si jeune… J’aimerais juste que tu la surveilles après mon départ, elle compte beaucoup pour moi. »

    Eska… je craignais pour elle après ma mort. Elle s’était toujours reposée sur moi, elle n’avait que deux ans, c’était si jeune… Après mon départ, vers qui se tournera-t-elle ? Il y avait Nobu certes, mais ce dernier était extrêmement occupé en tant que guerrier et risquait continuellement sa vie par son grade. Je ne voulais pas qu’elle se retrouve seule. Je savais qu’elle entretenait un lien spécial avec notre Créateur mais, j’ignorais de quel nature et si ce dernier ne se jouait pas d’elle. Au moins avec BadHell, je savais qu’elle serait entre de bonnes pattes.

    Tout ceci sonnait désespérément mais, je tenais simplement à informer BadHell de certaines choses. Etait-ce mes dernières volontés ? Il était encore trop tôt pour le dire mais, j’ignorais si j’aurais le temps pour une nouvelle discussion privée avec l’Alpha dans les temps à venir. L’avenir était si imprévisible. Je me préparais donc au pire.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Saima
Admin
avatar

Messages : 1856
Date d'inscription : 13/12/2009
Age : 24
Localisation : Dans une lampe magique =3

MessageSujet: Re: » Quand as-tu autant grandis ? [PV/Badhell]   Lun 20 Aoû - 22:48

- Non, viens donc me rejoindre BadHell.

L'Alpha observa les traits de sa Bêta. Le regard qu'elle lui adressait était doux, protecteur. Il ne put s'empêcher de sourire doucement. Silver était dans ses alliées, son bras droit. C'était elle qui avait terminé son éducation, qui lui avait enseigné toutes les subtilités de la guerre et du poste d'Alpha. Sans elle, qu'aurait-il été aujourd'hui? Il l'ignorait, et franchement, n'était pas intéressé à le savoir. Quoi qu'il en fut, il était très bien content de ce qu'il était aujourd'hui, grâce à Silver. Bad' était fier de la compter dans ses alliés.

BadHell rejoint donc Silver dans le plus total des silences. Il ne voulait pas parler tout de suite. Passer un peu de temps en compagnie de son amie était important pour lui. Oui, Silver était avant tout son amie. Avec elle, il savait qu'il n'avait pas à se cacher. Et puis, même si il le voulait, lui cacher quoi? La Bêta savait tout sur lui. Elle le connaissait depuis si longtemps... lui aussi, d'ailleurs, il la connaissait.

-BadHell, il est grand temps que nous ayons une discussion.

Bad' tourna la tête vers elle, observant ses traits. Elle semblait si fatiguée, à cet instant précis... Rongée par quelque chose. Bad' détestait la voir ainsi, dans cet état. Silver n'allait pas bien, elle dépérissait de jours en jours, d'heure en heure. Et il ne pouvait rien pour elle, il le savait.

-Oui, c'est de mon avis aussi...

Mais il ne voulait pas discuter de cela. Car il savait que ce qu'il se dirait, cette nuit, ne serait pas heureux. C'était ironique, lui qui avait décidé d'aller la voir exactement pour parler de cela, et qui, une fois devant la fatalité, souhaitait simplement partir... Il ne voulait pas entendre Silver lui dire qu'elle n'allait pas bien. Car ce serait forcément la vérité. Lorsque la louve parlait, chaque mot était pesé, calculé. Rien ne devait être laissé à la légère. Ainsi, quand elle disait: ''il est temps que nous ayons une discussion'', c'était qu'elle avait quelque chose de très important à dire. BadHell hocha la tête. Il prêta l'oreille à la suite de ses paroles.

Les mots pesaient lourd sur le coeur de Bad'. L'animosité de son regard se ternit, tandis qu'il se perdait dans les mots de la Bêta. Elle était mourrante. Un virus... Ne pouvait-il pas être guérit? Avait-elle au moins vu un guérisseur? C'était certain, Silver n'était pas du genre à se laisser dévorer ainsi par la fatalité. Il la connaissait, elle avait du tenter de remédier à tout cela. Mais les résultats étaient négatifs.
Ensuite, la Bêta parla de DeathBurn. Silver le connaissait beaucoup mieux que Bad'. Ainsi, il fut d'autant plus attentif. Fier? Son père, Silver, la meute.... Ils étaient tous fiers de lui. Ces paroles touchèrent l'Alpha. Il avait tant attendu qu'on lui dise ces paroles. Et venant de sa Bêta, ils étaient d'autant plus puissant. Il leva la tête vers elle, la regardant dans les yeux. Sa gorge était serrée. Il inspira doucement pour se calmer, puis murmurer doucement entre ses crocs:

-Merci, Silver.

C'était un merci, pour tout ce qu'elle avait fait pour lui, car on ne pouvait se le cacher, d'un certain sens, tout cela, c'était grâce à elle. Aussi, qu'elle lui dise cela maintenant dans ce contexte avait beaucoup plus de poid. N'importe qui aurait pu lui dire cela, les mots ne se seraient pas rendus aussi loin dans le coeur de l'Alpha.

Soudain, la Bêta se mis à tousser bruyament. Il dressa les oreilles, prêt à l'aider, faire quelque chose pour elle... Le sang coula de sa gueule. Elle le nettoya d'un coup, puis continua de parler, faisant comme si rien ne s'était passé. Bad' accepta lui aussi de passer par dessus cet 'accident'.

La suite de la conversation, ou plutôt des paroles de Silver, furent dirigées vers Spry. Ce dernier haissait BadHell, plus que tout. Pourquoi?... Bad' s'en doutait un peu: Rubis. La mort de cette louve avait laissé dans le coeur de plusieurs un grand vide, que certains avaient décidés de combler par de la haine. Fermant les yeux, Bad' soupira doucement. Spry allait devenir Bêta après Silver. Il eut un pincement au coeur. Il ne voulait pas que Silver parte. Un mauvais présentiment l'avait prit. Et si Spry ne parvenait pas à mettre toute cette haine de côté? ...Non. Silver savait ce qu'elle faisait. Il ferait comme elle le voulait. Il éviterait l'affrontement, même si cela voulait dire marcher sur son propre orgueil. Il serait capable, pour sa très chère Bêta.

Ce qu'ajouta Silver vint toucher BadHell, énormément. ''Je ne souhaite pas un affrontement mortel entre mes deux fils''. Elle le considérait donc comme son fils. Bad' sourit doucement, même si il n'avait pas le coeur à la joie.

-T'es deux fils...

Il avait murmuré ces paroles, comme pour se les graver en mémoire. Savoir que Silver partageait le même genre d'émotion envers lui que lui envers elle était doux à entendre. Ce lien, entre eux deux, pour rien au monde il ne l'aurait échangé. Rien. Puis, une autre quinte de toux prirent la pauvre Bêta. Bad' enroula sa queue autour de la sienne afin de l'aider à passer ce moment de faiblesse. Il détestait la voir ainsi. Enfin, la louve parvint à se ressaisir et continua, ou plutôt, termina ses volontés. Car oui, c'en était. Et probablement ses dernières...

La dernière tirade de Silver fut orientée vers Eska, la jeune louve réfugiée. Elle était jeune et étourdie, jamais BadHell ne lui avait réellement parlé. Cependant, cette louvette remplissait bien ce qu'on lui demandait de faire. Qui plus est, elle était importante dans le coeur de la Bêta. Il était rare que Silver ouvrait son coeur ainsi, et Bad' en était fier. Elle lui faisait assez confiance pour cela. Peu de gens savaient déchiffrer cette louve unique. Bad' était heureux d'avoir cette chance.

-Je protégerai Eska, Silver. Je la protégerai comme ma fille.

Slania était la prunelle de ses yeux, jamais il ne laisserait quelque chose lui arriver. Et Eska deviendrait sa deuxième fille, comme Silver avait sut le prendre, lui, pour fils. Sans que ce ne soit officiel, biensûr. Enfin, cela, histoire de répéter l'histoire. Et de garder près de lui un trésor de Silver.

-J'éviterai aussi de me confronter à Spry.

Même si cela serait difficile. Car avoir un ennemi à la place d'un bras droit, d'un conseiller, c'était difficile. Mais il réussirait, pour cette louve qu'il respectait tant. BadHell s'approcha doucement d'elle, de façon à ce que leurs pelages se frôlent. Sans rien ajouter, il posa sa tête contre son encôlure, respirant son odeur. Elle avait quelque chose de rassurant. Pendant un moment, il se revit louveteau... C'était fou, à quel point même le temps ne parvenait pas à altérer ces souvenirs...

_________________
Coming Soon!

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://asteira.forumactif.org/forum.htm
Silver

avatar

Messages : 335
Date d'inscription : 20/06/2011
Localisation : ~ Il est préférable pour toi de l'ignorer...

MessageSujet: Re: » Quand as-tu autant grandis ? [PV/Badhell]   Mar 21 Aoû - 18:08

    BadHell n’était pas naïf et se douter bien de quoi allait porte la discussion. Ce n’était pas non plus un plaisir pour moi. Mais, cette réunion au sommet était importante. Nous parlions d’avenir, des conséquences de la mort et de mes dernières volontés. J’avais peu observé BadHell durant mon monologue mais désormais, je faisais plus attention à lui. Il semblait anxieux, cette discussion ne le laisser pas de marbres. Le doux sourire qui dessina ses traits lorsque je parla de mes deux fils me fit chaud au cœur. La façon dont il murmura ces mots me fit comprendre qu’il ressentait la même chose à mon égard. Je ne le montrais pas mais, j’en étais profondément heureuse. Nous avions pratiquement le même âge, c’était une vérité mais, les sentiments ne se contrôlaient guère. J’avais côtoyé son père le temps de son règne d’Alpha. J’avais accéder au post de Bêta très jeune, sûrement la plus jeune bêta qui avait pu être dans tous Wenfile. Mais, les évènements marquant de ma vie m’avait fait grandir bien plus vite que d’autres et j’avais acquis une certaine maturité bien que précocement. Je n’avais pas réellement passée une enfance idéale, plongeant dans le monde des adultes bien trop tôt. Mais, cela m’avait amené où j’en étais aujourd’hui et pour rien au monde je ne voudrais changer mon passé. Il avait fait de moi ce que j’étais aujourd’hui.

    Un fin sourire apparut sur mes traits lorsque BadHell déclara qu’il allait prendre soin d’Eska et qu’il l’a protègerait comme sa propre fille. J’étais rassurée, elle ne se retrouverait pas seule et je l’avais mise entre de bonnes pattes. Je m’en voulais cependant de ne pas pourvoir rester plus longtemps et regarder Eska grandir, devenir une louve affirmée, rencontré son compagnon, lui botter le cul si ce dernier s’avérait ne pas être à la hauteur de la louve qu’était Eska. Oui, je la couvais d’amour comme personne ne l’avais jamais fait. Elle était mon soleil, mon petit bijou, ma source de vie. Eska était mon petit trésor depuis toujours.

    Puis BadHell dériva sur le domaine de mon premier fils, Spry. Je le remerciai pour sa sagesse. Je savais ô combien Spry nourrissait de la haine à l’égard de BadHell mais, je l’avais formé comme il fallait. Il était violent, colérique et impulsif mais pas idiot. Spry savait combien je chérissais ma meute et il avait tout aussi bien compris que je ne tarderais pas à rejoindre son père. C’était mes dernières volontés à son égard, qu’il prenne soin de la meute. Et donc, il saura mettre sa haine de côté et faire ce que je lui avais enseigné, être un bon Bêta. Je n’avais pas passé tout l’hiver à lu enseigner des valeurs qu’ils allaient royalement ignorer. Non, Spry savait ce qu’il avait à faire.

    « Ne t’en fais pas, il a beau être arrogant, je lui ai enseigné les valeurs sûr d’un Bêta. Je doute qu’il te porte un jour un témoignage d’affection mais, il saura être un bon Bêta. »

    Puis, BadHell se rapprocha de moi et nos pelages se frôlèrent. Aucun loup ne se serait jamais permis de faire une telle chose. Mais, Bad’ n’était pas un loup comme un autre. C’était mon autre fils que je chérissais tout autant que le premier. Puis sans un mot, le mâle posa sa tête contre mon encolure. Souriant à ce contact, je posa ma tête par-dessus la sienne dans un élan maternel. Cela ne me faisait pas peur de le laisser seul, BadHell était un preux Alpha et savait comment diriger une meute. Mais, j’éprouvais un douloureux pincement au cœur à l’idée de me dire que c’était peut-être notre dernier instant privilégié, rien qu’à nous.
    Nous devions tous mourir un jour un l’autre, personne n’était immortel. J’allais partir pendant un certain moment mais, pas pour toujours. Un jour ou l’autre, nous allions nous retrouver lui et moi. Ce ne serait ni la même terre ni la même époque mais un tout autre monde où nous pourrons de nouveau être réunis. Un monde où le temps n’avait pas d’emprise et que les blessures guérissaient d’elle-même. Un autre monde.

    « Prends soin de la meute, BadHell. » murmurais-je au loup.

    L’ancien temps allait être révolu, mon époque allait disparaître pour laisser place à une nouvelle. Ce ne serait plus DeathBurn ni moi-même qui seront aux commandes de la meute mais nos fils. Une tout autre ère. Puis bientôt, une nouvelle génération viendra prendre leurs places. C’était ça, le cycle de la vie.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Saima
Admin
avatar

Messages : 1856
Date d'inscription : 13/12/2009
Age : 24
Localisation : Dans une lampe magique =3

MessageSujet: Re: » Quand as-tu autant grandis ? [PV/Badhell]   Ven 24 Aoû - 18:37

Silver allait quitter ce monde. C'était officiel. Plus le temps allait, plus elle faiblissait. Elle avait dit ses dernières volontés à son Alpha, et maintenant... et maintenant quoi? Qu'y avait-il d'autre sur la liste des choses à faire avant la mort? Rien. Efin, il restait de profiter de ses derniers jours avec ceux qu'elle aimait, mais... sinon, plus d'autre étape: c'était la mort. Les pensées de l'Alpha était sombres, en cette nuit éclairée. Pour une fois, il aurait aimé qu'il pleut, qu'au moins la nature pleure cette situation. Mais il n'en était rien. Le ciel était là, magnifique dans sa robe d'étoile, et la lune, grosse et pleine, les narguait. C'était ainsi qu'il voyait les choses. C'était comme si la nature lui disait: 'regarde, Silver, regarde ce que tu ne verras plus une fois trépassée!' . Au diable cette nature. Elle brûlerait en enfer, comme la forêt des Leafegons.

Une colère commençait à monter dans le coeur de Bad'. Il savait que c'était passager, qu'il s'en remettrait, mais malheureusement, il ne pouvait l'empêcher. Tout cela était injuste. Qu'une louve aussi fantastique doive quitter ce monde, laisser ceux qui avaient besoin d'elle derrière!... Mais en même temps, Silver aussi avait droit à son repos éternel.
Elle avait le droit de mourire. Car depuis quand était-ce interdit? Jamais. C'était ça, la vie.

Interrompant ses pensées obscures, Silver le rassura quant à Spry. Elle avait toute la confiance du fils de DeathBurn. Il savait qu'elle avait bien élevé Spry. Que son fils serait capable, lui aussi, de marcher par dessus l'animosité entre eux deux. Mais tout de même, ne plus avoir Silver serait... étrange. Fort étrange. Autant mieux cesser d'y penser. Il ne fallait pas gâcher un instant précieux avec cette personne qui lui était si cher.

Dans leur étreinte, Bad' ferma doucement les yeux. Il était rare qu'ils aient un certain contacte physique, mais en ce moment, BadHell en avait besoin, plus que jamais.

« Prends soin de la meute, BadHell. »

Un murmure. Mais un murmure si important. Cette simple phrase, était si significative. Silver remettait les clefs de la meute à Bad'. Elle comptait sur lui pour protéger leur meute, pour la garder forte. L'Alpha savait qu'il ne serait jamais seul. Seulement, quand Silver partirait, il savait aussi qu'il se sentirait plus abandonné que jamais. Dure illusion. Mais il prendrait soin de cette meute. C'était probablement un des derniers souhaits de Silver, mais un des plus importants, car 'la meute' regroupait tous ses amis, tous ses souvenirs, toute son enfance. 'La meute', c'était les Gwanfires.

Bad' ouvrit doucement les yeux. La lune était toujours là. Mais cette fois, elle semblait dire: 'Voilà, Silver. Je te donne un beau spectacle, tu le mérites' . Il devait être de meilleure humeur.

-Je te le promets, Silver. Je te le promets...

Il se coucha au sol, l'invitant à faire de même. Il voulait observer le ciel avec elle. Il voulait passer une nuit avec son amie. Il ne savait pas quoi ajouter. Peut-être Silver avait-elle quelque chose d'autre à dire? Il l'écouterait, mais lui, ses mots étaient dures à trouver. Il lui aurait dit qu'elle lui manquerait, mais il se refusait de dire cela. Car ce serait admettre la fatalité. Au lieu de dire ses regrets, il se contenterait de passer cette nuit en compagnie de sa très chère Silver. Elle comprendrait. Après tout, les mots ne vallaient pas les gestes.

_________________
Coming Soon!

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://asteira.forumactif.org/forum.htm
Silver

avatar

Messages : 335
Date d'inscription : 20/06/2011
Localisation : ~ Il est préférable pour toi de l'ignorer...

MessageSujet: Re: » Quand as-tu autant grandis ? [PV/Badhell]   Dim 26 Aoû - 1:59

    Je n’étais pas vraiment anxieuse à l’idée de quitter ce monde, j’avais le droit au repos éternel. Et plus, en rejoignant les étoiles, je pourrais retrouver Cameron, le seul que mon cœur ait jamais accepté. Il me manquait. Vraiment. D’ordinaire, je m’interdisais de penser à lui pour ne pas souffrir de son absence mais maintenant que je savais ma fin proche, j’autoriser son image revenir hanter mon esprit. J’avais tellement hâte de le retrouver, pouvoir enfoncer mon museau dans son cou, sentir son corps prendre feu sous sa gêne. Tout cela me manquait. Depuis sa mort, tout avait changé, notre famille avait volé en éclat. Et puis Rubis avait trépassé à son tour. J’étais la prochaine, mon heure approchait à grand pas. Je m’en voulais de laisser Spry seul dans ce monde qu’il haïssait tant mais, je comptais sur mon fils, il saurait se débrouiller. Je regrettais juste de ne pas pouvoir rencontrer ses enfants mais de toute manière avec Spry, je doute que je pouvais espérer quelconque descendance, il n’était guère proche des sentiments.

    Les paroles de BadHell m’enveloppèrent d’une douce chaleur au cœur, réchauffant la glace qui le retenait prisonnier. Il prendrait soin de la meute, je le savais. Bad’ était un loup de confiance, il était mon fils. Le loup m’invita à se coucher à ses côtés et je ne me fis pas prier pour me laisser tomber à ses côtés, la tête commençait à me tourner. Mes poumons n’étaient guère aimables et me donner du fil à retordre, ma respiration se faisant difficile et mon souffle rauque. Sûrement un autre callot de sang. Laissant ma tête couler dans l’encolure de BadHell, j’observa les yeux fatigués la lune et son paysage nocturne. Cela allait me manquer, la beauté des terres de Wenfile, ce merveilleux panorama offert par le sommet du Volcan. Bientôt je rejoindrais à mon tour les étoiles, brillant avec fierté dans le ciel et veillant sur les miens.

    « Je prendrais soin de toi BadHell, je veillerais sur toi… De là-haut. » murmurais-je au loup tout en observant les étoiles qui bientôt deviendraient mes compagnes.

    Ma respiration s’accéléra puis se bloqua soudainement. Toussant avec brutalité, mes muscles se contractèrent de toute part et mes griffes se plantèrent dans la roche suite à la douleur. J’aurais aimé que cela ne m’arrive pas en compagnie de BadHell et pourtant, j’étais en pleine crise. Prise de convulsion soudaine, je déglutis instantanément non pas de la bile mais du sang. Un callot de sang aussi gros qu’une patte de loup gisait dans mon déglutissement. C’était une vision atroce mais j’y étais habituée. Une nouvelle toux me prit et je ma tête tomba lourdement sur le sol. Mon museau dégoulinait de sang et la même substance gouttait de mes narines. Le mal était imprégnait dans mon corps et me rongeait jour après jour.

    « Nous devons tous un jour ou l’autre faire face à la mort. Voici la mienne, je me détruis de l’intérieure. J’ignore combien de temps il me reste, surement peu mais, j’assumerais mon post de Bêta jusqu’au bout. » murmurais-je dans un souffle rauque, chaque mot m’arrachant des douleurs aigües dans la gorge. « Je resterais à tes côtés jusqu’à la fin. »

    Un brise fraîche vint s’abattre sur nos deux corps. Je m’en voulais d’être devenu aussi faible, j’aurais aimé partager une nuit avec Bad’ sans que la mort s’en mêle. Juste une nuit, était-ce trop demandé ? Fermant doucement les yeux, ma respiration se fit de plus en plus faible. L’odeur âcre du sang dans ma gorge était fort déplaisante mais je ne pouvais rien y faire. Rouvrant à demi les paupières, j’observa silencieusement la lune. Qu’elle était belle…
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: » Quand as-tu autant grandis ? [PV/Badhell]   

Revenir en haut Aller en bas
 
» Quand as-tu autant grandis ? [PV/Badhell]
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Les étoiles brillent, mais pas autant que mes yeux quand je te vois.
» Quand haiti pourra-t-elle exporter vers RD?
» Quand l’État est en faillite, la Nation est en péril
» A QUAND UN NOUVEAU DEPART POUR EVITER UN AUTRE 29 FEVRIER ?
» Quand les dès sont jetés .....

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Wenfile :: |~ AUTRE ~| :: Les Oubliettes :: RP terminés-
Sauter vers: