Wenfile

Là où la guerre menace, là où les loups gouvernent ...
 
AccueilS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Quand je serai grand [Silver]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Saima
Admin
avatar

Messages : 1855
Date d'inscription : 13/12/2009
Age : 23
Localisation : Dans une lampe magique =3

MessageSujet: Quand je serai grand [Silver]   Ven 5 Avr - 19:48

Le lave en fusion du volcan s'étendait dans les sous terrains sur plusiques kilomètres. Au dessus, une croute de terre l'empêchait de mettre le feu au monde, préservant la vie terrestre. Parfois, des bulles de gaz, chauffées à bloc, s'échappaient du liquide fumant, créant une poche d'air entre le magma et la terre. Lorsque la pression était trop forte, la pierre se fendait et l'air jaillissait, brûlante et sous pression.

Deathburn s'amusait à tenter de prévoir les nouvelles éruptions de gaz, tendant l'oreille, tâtant le sol. C'était dans les seules activités qui réussissaient à vraiment le divertir: c'était dangereux, stressant, et cela lui procurait un réel plaisir lorsqu'il réussissait à prévoir les fuites d'air. Malheureusement, comme tout jeu dangereux, il y avait des risques. La journée d'avant il n'avait pas reculé la tête assez vite et s'était brûlé le museau. Par chance, il n'était pas resté là, et sa blessure était demeurée mineure. C'était tout de même encore douloureux.

Un lit de vapeur brouillait l'horizon de la vision du loupiot. Il se sentait libre, comme si ce lieu n'avait plus de frontières, comme s'il était seul. Le louveteau bondit de côté, évitant un jet brûlant. Cela faisait 1 ans maintenant qu'il était né. Et pourtant, il n'avait pas encore réussi à se faire d'amis. C'était tant mieux, Death' n'aimait pas devoir se plier à 'l'équité' des jeux de groupe. Au lieu de cela, il s'entraînait avec l'aide de sa nourrice le matin, et il venait batifoler dans les plaines fumantes le soir. L'odeur de souffre en ce lieu ne le dérangeait nullement.

Le louveteau fit encore quelques bonds vers l'avant afin de trouver une autre source de vapeur, quand il aperçut une petite silouette floue au loin. Pointant les oreilles vers l'être, intrigué, il s'avança.

-Hé ho! Qui est là!

Ces paroles prononcées sur un ton dur cachaient une certaine crainte. Il était encore jeune et avait beaucoup à apprendre. Et si cette silouette était un monstre venu le dévorer? Une petite créature qui lui arracherait le pelage avant de lui... Death' frissonna. Peu importe qui c'était, il venait de s'effrayer lui-même.

_________________
Coming Soon!

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://asteira.forumactif.org/forum.htm
Silver

avatar

Messages : 335
Date d'inscription : 20/06/2011
Localisation : ~ Il est préférable pour toi de l'ignorer...

MessageSujet: Re: Quand je serai grand [Silver]   Ven 5 Avr - 20:44

Une chaleur ardente régnait sur ces terres mais cela n’avait rien de déplaisant bien au contraire. Pour tout Gwanfire, la sensation de chaleur nous était familière et nous inspirait un certain réconfort. Pour ma part, je pourrais me retrouver au fin fond du monde tant qu’une flamme perdurera, je me sentirais toujours chez moi. Le feu était mon foyer. Assise au seuil de ma tanière que je partageais avec mon père, j’attendais patiemment son retour comme ce dernier me l’avait demandé. Parti où me demandez-vous ? Et bien tout simplement aux commandes de ses troupes. Mon père parti, je me retrouvais seule. C’était là une sensation étrange. Seule dans cette vaste tanière, je ne pouvais empêcher ce flot de souvenir qui me gagner. Couchée contre la terre je revoyais ma mère Andraïna, souriante comme elle en avait l’habitude, avec ma petite sœur Nyota blottie contre son flanc. Près de la roche, je retrouvais Shôtaru qui nous observait paisiblement tandis que mon père se tenait à l’entrée de la tanière, veillant silencieusement sur notre foyer. Ces souvenirs étaient insupportables. Préférant aller à l’encontre des ordres de mon paternel plutôt que de rester ici à supporter ses visions douloureuses, je m’éloigna prestement de la tanière et pris le large.

Ayant déjà désobéie une fois à mon père en quittant la tanière avant son retour, je préféra ne pas m’attiser davantage sa colère et resta donc sur les terres appartenant à ma meute, mon choix se portant alors sur les plaines fumantes. Le choix de destination était plutôt restreint, cela consistait entre errer au volcan ou bien vadrouiller sur ces plaines. Ici la terre était craquelée et fumante et un fin brouillard provoqué par les geysers nous empêcher de discerner où nous mettions les pattes. C’était donc à l’instinct que je me mouvais dans ces terres arides. Le seul risque était de marcher accidentellement sur la bouche d’un geyser et d’être brûlé vif. Mais ne parlons pas de malheur, je m’en sortais plutôt bien pour le moment.

Fort heureusement, j’avais arpentés de nombreuses fois ces terres en compagnie de mon frère et avais mémorisé les endroits à évité. Sentant que les souvenirs allaient s’emparé de mon être, je me mis à courir, comme pourchassée par ces derniers. Plus vite, encore plus vite, je devais les semés, je ne devais pas me rappeler… Finalement à bout de souffle, je ralentis progressivement la cadence pour finalement me stopper au milieu de la brume. Parti… le danger était parti, j’étais parvenue à le semer. Soufflant de soulagement, je repris ma marche en m’efforçant de maintenir à l’ordre mon esprit.

Me faisait redresser la tête, j’entendis une voix résonnait parmi le brouillard. Guettant les lieux, je finis par discerner une masse derrière la brume. Etait-ce de là que provenait la voix ? Devrais-je me méfier de cette voix ferme ? Fidèle à l’enseignement de mon père, je me tapis au sol.

« Surprends ton ennemi avant que ce ne soit lui qui te surprennes. » me murmurais-je à moi-même dans un souffle inaudible.

Rampant au sol, je me fondis dans la brume et me mis à ramper silencieusement, m’avançant secrètement vers l’ombre. Si mes calculs avaient été corrects, je devais normalement me trouver derrière la cible. Redressant légèrement la tête, je parvins à discerner une masse sombre. Je n’étais qu’à quelques mètres de son dos. Agissant aussi rapidement que possible, je me redresssa d’un bond et fondit sur l’ombre, la renversant au passage.

L’action terminée, je pus enfin découvrir ma prise. C’était un louveteau de la meute, sûrement du même âge que moi. Son pelage était aussi sombre que la nuit et ses yeux luisaient tels des flammes. Mes pattes appuyées contre son ventre, je le maintenais au sol et m’adressa à lui d’une voix aussi ferme que la sienne.

« Ton nom ? »

Je n’avais jamais été amené à adresser la parole à d’autres loups que ceux de ma famille, j’ignorais quelles étaient les coutumes de présentation. Je me souvenais simplement que mon père s’était un jour adressé de la sorte à un autre loup, avec un ton autoritaire, j’en avais donc fait mon exemple mais à bien y repenser, peut-être n’était-ce pas là le meilleur des modèles à suivre.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Saima
Admin
avatar

Messages : 1855
Date d'inscription : 13/12/2009
Age : 23
Localisation : Dans une lampe magique =3

MessageSujet: Re: Quand je serai grand [Silver]   Ven 5 Avr - 21:57

Soudain, l'ombre s'évanouit dans ce décors mystique. Death' crut durant un moment qu'elle n'avait été que le fruit de son imagination, si fertile à son âge. Il chercha une dernière fois autour de lui, sans rien voir. Toutefois, le sentiment qu'il se faisait observer était permanent et lui glaçait l'échine. Quel genre de spectre s'amusait ainsi à lui torturer l'esprit?

Le louveteau redressa la queue pour tenter de se donner du courage, puis inspira profondément. Une odeur autre que la sienne lui emplit les poumons, et avant qu'il n'ait le temps de se demander à qui elle appartenait, il se fit renverser par un éclair, qui le maintint au sol, une patte sur sa poitrine. Sous le choc, Death' ne comprit pas tout de suite qu'il venait de se faire immobiliser par Silver. Son coeur battant à tout rompre à cause de toutes ces histoires qu'il venait de s'inventer, il tenta de se calmer, tout en essayant de comprendre la situation.

« Ton nom ? »

Son nom. Ce n'était pas ses parents qui le lui avaient choisis, c'était sa nourrice. Deathburn. C'était ça, son nom. Ce mot lui donnait son identité. Une identité de mort brûlante. Death' foudroya Silver du regard, complètement indigné. La loupiotte le maintenait au sol fermement. Le loupiot se dégagea en se débattant, puis se campa sur ses quatres pattes, une oreille applatie sur son crâne pour témoigner de son agacement.

Il observa Silver, sur la défensive. Qui savait ce dont cette cette petite vipère était capable? Il s'ébroua afin de chasser la poussière qui s'était collée à son pelage, puis siffla entre ses crocs:

- Deathburn.

Elle ne méritait même pas de réponse, de s'en prendre ainsi à sa personne! Mais en même temps, c'était la première fois qu'il avait un réel contact avec un autre louveteau. Il ravala donc sa rage, se promettant de la prendre par surprise un autre jour pour se venger. Redressant les oreilles, Death' la détailla du regard. Elle avait déjà commencé son entraînement, elle aussi. Cela se voyait par les muscles qui commençaient à se développer. Silver semblait plus mature que lui, ou un peu plus intériorisée. En tous les cas, elle en avait du culot à lui parler ainsi!

- Et toi, du dois être Silver c'est ça?

Un jour, alors qu'il avait à peine quelques mois, Deathburn avait demandé à sa nourrice s'il y avait d'autres louveteaux de son âge. Elle lui avait nommé Nyota et Silver. Heureux de l'apprendre, le louveteau n'en avait plus reparlé, se concentrant sur son entraînement. Puis, une tragédie chez les Gwanfires survint. Il n'était pas rare que des conflits éclatent entre des loups de meutes différentes. La famille de Silver fut attaquée par des guerriers d'un autre clan, et Nyota et la mère de Silver furent tuées. Quelque temps plus tard, une embuscade arracha la vie de Shôtaru, son frère. Depuis, il savait qui était 'Silver', la loupiote presque orpheline. Il ne lui restait plus que son père.

Death' encra son regard enflammé dans celui de Silver. Même s'il n'aimait pas sacrifier son bonheur pour les autres, il ne voulait pas continuer sa soirée à avoir pour seule compagnie les geisers. Ainsi, il inspira doucement, puis lui offrit un joli sourire mielleux.

- Tu veux jouer avec moi?

Il avait presque l'air suspect tant l'expression qu'il affichait était était trop bien calculée. Le regard brillant, clignant doucement des yeux, les oreilles droites, le petit sourire, afin. C'était une expression tout à fait contraire au Deathburn indomptable et irrespectueux que les autres Gwanfires connaissaient.

_________________
Coming Soon!

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://asteira.forumactif.org/forum.htm
Silver

avatar

Messages : 335
Date d'inscription : 20/06/2011
Localisation : ~ Il est préférable pour toi de l'ignorer...

MessageSujet: Re: Quand je serai grand [Silver]   Dim 7 Avr - 18:17

Je sentis le corps du loupiot se débattre de mon emprise, probablement ennuyé de s’être fait attrapé de la sorte. Sans un mot, je dégagea mon emprise et l’observa tandis qu’il se redressait sur ses quatre pattes, reprenant une attitude plus noble. Il était agacé et ne se gênait pas pour le montrer. Avais-je donc heurté sa fierté de mâle ? Qu’importe, j’attendais toujours qu’il me réponde. Fort heureusement, mon attente ne fut pas plus longue et le loupiot laissa glisser un maigre son d’entre ses crocs serrés d’agacement. Deathburn, voilà son nom. Fouillant dans mes souvenirs, je retrouva finalement celui le concernant. J’avais déjà entendu parler de lui dans le passé : Deathburn, le fils de lâches. Un titre peu honorifique, surtout pour un Gwanfire. Ses parents avaient été exécutés et leur progéniture avait été confiée aux nourrices. Un passé tragique me direz-vous.

A ses dires, je compris que mon histoire ne lui était pas étrangère. Voilà ce que je détestais le plus, ces inconnus qui vous fixez comme s’ils savaient tout de vous. Un poil horripilant, je dois vous l’avouez. Une lueur d’agacement luit le temps de quelques instants dans mes yeux avant de s’éteindre et laisser place à mon regard impénétrable auquel j’avais pris habitude. Pour toute réponse, j’hocha brièvement la tête. Les présentations étaient donc faites. Que devais-je faire désormais ? Je ne m’étais jamais retrouvée en compagnie de louveteau -mis à part celle de ma sœur- et ignorais les agissements dont il était coutume. Fixant silencieusement le louveteau, son regard de flamme affrontait le mien de glace sans qu’aucun de nous deux fassent preuve de faiblesse, semblable à un duo de coq.

C’est alors que les traits du louveteau se métamorphosèrent et laissèrent place à un sourire mielleux puis d’une voix dite innocente, le dénommé Deathburn dont je venais tout juste de faire la rencontre me proposa de jouer avec lui. Surprise par cette demande à laquelle j’avais été étrangère, je recula d’un pas presque inconsciemment. Son visage avait comme fondu pour laisser place à un autre. Etait-ce un piège ? Peut-être que non… j’étais si peu habituée au loup de mon âge que je ne savais comment réagir avec eux. Ce louveteau, était-il sérieux ? Mon père m’avait uniquement à me battre, pas à jouer.

« Pourquoi voudrais-tu jouer avec moi ? »

Je l’avais questionné sur un ton presque défensif accompagné d’un regard plissé redoutant un piège à venir. Fixant avec profondeur l’éclat de ses yeux, je cherchais à déceler une quelconque preuve m’indiquant qu’il se fichait de moi et ne cherchait qu’à me jouer un mauvais tour. Puis reprenant ses paroles en considération, je me dis que peut-être était-il simplement sincère. Peut-être que comme moi, il n’avait jamais joué auparavant et voulait expérimenter cette chose que tout louveteau avant nous avait pratiquée. Ressentant alors un brin de culpabilité pour avoir repoussé ce louveteau qui, s’il disait vrai, ne souhaitait qu’une partenaire de jeu, je rattrapa la distance que j’avais établi entre nous deux et confessa d’une voix maladroite :

« Je ne sais pas comment jouer. »

Voilà qui était dit. Redressant mon regard, je le planta dans celui du louveteau à l’affût d’une moindre moquerie. Et lui alors, savait-il comment nous étions censé faire ? Si oui alors peut-être qu’il pourrait m’apprendre.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Saima
Admin
avatar

Messages : 1855
Date d'inscription : 13/12/2009
Age : 23
Localisation : Dans une lampe magique =3

MessageSujet: Re: Quand je serai grand [Silver]   Lun 8 Avr - 6:47

Tout comme lui, Silver avait son point faible. Leur point faible était en lien avec leur famille, mais pour des raisons différentes. Cela ne les mettait pas dans le même bateau pour autant! Death' ne pouvait comparer sa situation à celle de Silver. Les circonstances, leur genre, tout différait. Cependant, le louveteau fut rassuré de savoir qu'il n'était pas le seul à être pris d'un passé qui le hantait. Peut-être Silver en souffrait-elle davantage que lui, peut-être pas. Quoi qu'il en était, elle ne le laissait pas voir, gardant son regard aussi implacable que possible.

La loupiotte sembla surprise de ce que Death' demandait. Lui-même avait été surpris de sa voix qui, si elle était bien utilisée, pouvait aller chercher aux sentiments! Enfin. Il observa la louvette reculer d'un pas, sur la défensive. Le jeune Gwanfire ne fit aucun mouvement.

« Pourquoi voudrais-tu jouer avec moi ? »

Elle était vraiment sur les nerfs. Le louveteau arqua un sourcil, puis haussa les épaules.

-Pourquoi pas?

Est-ce qu'elle aussi allait prétendre qu'il ne méritait pas de jouer avec elle? Que le fait que ses parents avaient commis une erreur inexcusable le rende tout aussi sale? Deathburn plaqua ses oreilles sur son crâne. La colère montait doucement en lui, envahissant ses veines, partant de son coeur jusque dans toutes ses extrêmités. Il s'eforca d'inspirer et d'expirer, comme le lui avait si bien suggéré sa nourrice. Au début, il l'avait envoyé promener, lui criant qu'elle ne s'y connaissait en rien. Mais après l'avoir essayé, Death' s'était rendu compte que respirer calmait.

Silver reprit connaissance de sa proposition de jeu et refit un pas vers lui. La colère du louveteau céda à un autre sentiment, cette fois beaucoup plus doux. C'était de l'espoir. Il espérait que la jeune louve veuille bien franchir la limite des préjugés. Death' l'observa, attendant la suite.

« Je ne sais pas comment jouer », confessa-t-elle.

Le louveteau inclina la tête. Il ne comprennait pas. Comment pouvait-on ne pas savoir comment jouer? C'était la chose la plus basique que tout louveteau se devait de savoir. Lui-même savait comment jouer seul! Et pourtant, elle semblait sincère. Il voyait bien qu'elle était mal à l'aise de lui avouer cela. Les deux louveteaux se fixèrent, yeux dans les yeux. Silver était encore un peu sur la défensive, Death' pouvait le sentir. Son regard s'adoucit un peu et il lui sourit, légèrement moqueur.

-T'en fait pas, tu sais comment jouer. Tu n'as simplement pas eu le temps d'expérimenter!

'Ex-pé-ri-men-ter'. Il avait appris ce mot dernièrement, et il se sentait très fier de l'utiliser dans une phrase! Il brassa sa queue de gauche à droite, puis se leva.

-Mon jeu préféré est d'éviter les colones de fumée brûlantes. Je m'amuse aussi à la guerre.

Il se mit en position d'attaque et bondit, toutes griffes dehors, sur un ennemi invisible qui se tenait juste à côté de la louvette.

-Attention Silver! Il y en a un juste derrière toi!

Un quoi? Il n'en avait aucune idée, mais c'était amusant de frapper ainsi dans le vide et s'imaginer être le plus grand guerrier de tous les temps. Ce serait la première fois qu'il aurait une alliée sur son 'champ de bataille', il espérait qu'elle soit à la hauteur!

_________________
Coming Soon!

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://asteira.forumactif.org/forum.htm
Silver

avatar

Messages : 335
Date d'inscription : 20/06/2011
Localisation : ~ Il est préférable pour toi de l'ignorer...

MessageSujet: Re: Quand je serai grand [Silver]   Sam 13 Avr - 15:53

Comment ça « pourquoi pas » ? Ce n’était pas une réponse ! Pourquoi un louveteau comme lui voudrait jouer avec un louveteau comme elle ? Ils ne se connaissaient même pas, mis à part leurs noms et les histoires répandues. Cela était-il donc suffisant pour se permettre de jouer avec un autre ? Bien qu’hésitante j’avais néanmoins reconsidéré son offre et avait rattrapé le distance que j’avais installé de mon propre chef. Afin d’expliquer mon comportement défensif au louveteau, je lui confessai ignorer les coutumes du jeu mais ce dernier semblait perplexe face à cette révélation. Une crainte se forma alors dans mon estomac : qu’il se moque de moi. Je n’avais jamais conversé aussi longuement avec un louveteau et si tous ces efforts avaient été pour que finalement on me rie au visage, autant vous dire que je n’apprécierais guère. Yeux dans les yeux, nous nous fixions dans le blanc de l’œil sans qu’aucun ne défaille. C’était comme une rencontre entre deux exclus qui, isolés de la société, devait apprendre à se débrouiller en tentant d’imiter les autres. Si cela avait été un autre louveteau, je l’aurais probablement ignoré voir même envoyer balader il y a longtemps de cela mais Deathburn ne m’inspirait aucun mépris ou autre sensation de dégoût. J’étais juste intriguée et visiblement, cela suffisait à me faire sortir les mots de la bouche.

Puis son regard s’adoucit, phénomène curieux, un sourire se dessine au creux de ses babines et sa voix résonna un brin moqueuse. Comment pouvais-je savoir jouer si je venais de lui avouer ne pas savoir m’y prendre ? Incrédule, j’observa silencieusement le mâle, le regard interrogateur. Pas eu le temps d’expérimenter, disait-il… Oui disons que mon enfance avait été chamboulée par bien des évènements. Peut-être avais-je dû jouer avec ma sœur au tout début de ma vie mais, je n’en avais gardé aucun souvenir, sûrement étais-je trop jeune. Puis ma sœur était morte, ainsi que ma mère. Mon père avait reproché le coup et avait dénoncé ma faiblesse qui aurait peut-être pu les sauver si cela avait été de la force. Suite à cela, je n’avais pu jouer tant mon entraînement commença tôt. On pouvait dire que mon père m’avait volé mon enfance mais, cela serait être ingrat. Sans lui que serais-je au juste ? Il m’avait appris à être forte et je me devais de lui être reconnaissante.

Se redressant parmi les colonnes de fumées, Deathburn m’annonça très fièrement les règles de son jeu favori qui consister justement à éviter ces colonnes brûlantes. Etait-ce là un jeu répandu chez les louveteaux ? Mais ce n’était pas tout, il avait aussi un autre jeu qui consister aussi simplement que cela pouvait paraître à la guerre. La guerre ? Mais comment pouvions-nous y jouer ? Comme pour illustrer ses propos, le louveteau se mit en position d’attaque et bondit dans les airs, griffant furieusement les airs. Mais que combattait-il ? Il n’y avait rien ici ? Perplexe, je peinais à comprendre le principe de ce jeu qui était pourtant d’une facilité enfantine. Ironique, non ? Puis perçant les airs, Deathburn me mit en garde face à ce « il » qui se trouvait, selon ses dires, juste derrière moi. Habitué aux séances d’entraînements avec mon père, je réagis au quart de tour et bondit vivement sur le côté, griffes sorties et poils hérissés. Me retournant tout aussi rapidement, j’asséna un rapide coup de griffe dans… le vide. Les yeux ronds, je me figea complètement perdue. Deathburn avait-il perdu la tête ? Il n’y avait aucun « il » ici ! Jetant un rapide coup d’œil au louveteau, je le vis frapper dans les airs comme s’il combattait les plus grands guerriers de tout les temps. Le schéma se mit alors en place dans mon esprit : je venais enfin de comprendre le principe de ce jeu qui m’avait pourtant parût absurde.

« Et contre quoi nous battons-nous au juste ? »

Si je m’étais auparavant adressé au louveteau sur la défensive voir même d’une voix froide, toute aversion avait disparu de mon intonation, signifiant indirectement que j’avais accepté la présence du louveteau. C’était ma manière de procédé, sûrement hérité de mon père. Accepter ne voulais pas dire apprécier mais, c’était déjà un bon début, surtout avec une louve telle que moi. Un brin d’excitation était même détectable dans mon ton. Bondissant de gauche à droite et donnant des coups de griffes par-ci par-là, je prenais goût au jeu. Au final, cela ressemblait fortement à une séance d’entraînement sauf qu’ici les erreurs étaient permises, le rire était suggéré et la compagnie était nécessaire.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Saima
Admin
avatar

Messages : 1855
Date d'inscription : 13/12/2009
Age : 23
Localisation : Dans une lampe magique =3

MessageSujet: Re: Quand je serai grand [Silver]   Ven 26 Avr - 17:50

Silver était méfiante face à l'idée de jouer. C'était vrai qu'ils ne se connaissaient pas, mais quelques chose chez Death' lui indiquait que ce n'était pas la principale raison. Jouer semblait aller à l'encontre de ses principes. Elle ne semblait pas enjouée à l'idée de "jouer", contrairement aux autres louveteaux. Probablement parce que c'était l'effet de nouveauté. Néanmoins, le jeune reclu lui expliqua les règles du jeu.

La louvette l'écouta attentivement, et Deathburn sut qu'elle retenait tous les éléments qu'il lui disait. Elle ne perdait aucun mot, alerte. Cependant, Silver ne semblait pas comprendre la logique de 'jouer à la guerre'. C'était pourtant le jeu le plus amusant! Death' avait fait de ce jeu son favorit lorsque sa nourrice lui fit une petite leçon d'histoire. Elle lui avait raconté l'histoire des quatre créateurs, des loups au pouvoir incommensurable. Et ces quatre, qui s'avérraient être des frères, se vouaient une guerre sans merci. Ils avaient créé les meutes pour qu'elles continuent la bataille malgré leur absence sur terre. La nourrice lui avait aussi raconté que Fire, le créateur de la meute du feu, vouait une certaine passion à cet 'art'.

Impressionné par toutes les histoires au sujet des quatre frères, Deathburn avait fait de Fire son idole, son modèle à suivre. Lui aussi ferait la guerre. Et tout le monde sait que pour être doué dans quelque chose, il faut se pratiquer! Biensûr, à cet âge, le jeune louveteau ne connaissait pas ce qu'était réellement une guerre. Il savait que les 'méchants' se battaient contre les 'gentils', et qu'un des deux camps gagnait, mais pour ce qui était du reste, il demeurait ignorant.

Bref, Death' avait débuté le jeu en tuant d'un coup de patte son ennemi invisible, insitant Silver à faire de même en la mettant en garde contre un autre ennemi qui s'avançait derrière elle. Il fut fortement impressionné par sa vitesse de réaction: en une fraction de seconde elle s'était retournée pour fendre son adresseur. C'est alors que la loupiotte s'arrêta net, semblant perturbée par l'absence de toute créature. Deathburn ne comprit pas ce qui pouvait la désarçonnait ainsi, aussi décida-t-il de continuer de frapper le vide, bondissant, mordant l'air sauvagement.

« Et contre quoi nous battons-nous au juste ? »

Death' interrompit sa position d'attaque pour tourner la tête vers son interlocutrice. Sa méfiance avait totalement disparut et elle bondissait avec agilité de gauche à droite, attaquant ses propres ennemis. Le mâle sourit, heureux de percevoir un certain enthousiatme dans sa voix, puis s'élança vers elle pour l'aider à se débarasser des 'fantômes', qui revenaient toujours en surnombre.

- Contre des rats géants, aussi gros que nous! S'ils nous mordent, nous nous transformons en rats!

Cette séance de jeu lui plaisait beaucoup. Il pratiquait sa précision en focussant sur un point où il y avait un de ces 'rats', essayait diverses feintes, corrigeait ses positions qui le rendait vulnérable. Mais le plus bénéfique était la présence de Silver. Dès qu'elle s'était adonnée à ce jeu avec lui, il l'avait aussitôt considéré comme étant une amie. Deathburn continuait de battre l'air, d'abord de son côté, puis il décida de faire équipe avec la louvette, favorisant les attaques à deux qui décimeraient plus facilement les rangs ennemis. Tandis que les deux jeunôts s'amusaient, le soleil lui amorçait doucement sa descente, assombrissant de plus en plus les plaines fumantes.

_________________
Coming Soon!

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://asteira.forumactif.org/forum.htm
Silver

avatar

Messages : 335
Date d'inscription : 20/06/2011
Localisation : ~ Il est préférable pour toi de l'ignorer...

MessageSujet: Re: Quand je serai grand [Silver]   Dim 19 Mai - 22:41

Ainsi voilà ce qu’était « le jeu », cet art défendu contre lequel mon père m’avait toujours mise en garde. Ce n’était pourtant pas dangereux, plus fiable même que ces entraînements que je subissais à longueurs de temps. C’était décontractant, amusant même. Jetant un rapide coup d’œil à Deathburn pendant que j’esquivais une attaque imaginaire, je surpris le lionceau prendre du plaisir à pratiquer ce jeu. Dire qu’au premier abord il m’avait semblé si distant, à présent c’était comme si toutes ses barrières étaient tombées. Voilà aussi ce que faisait le jeu : il rapprochait les joueurs, moi-même je me sentais plus proche du loupiot. Intéressant. Arrivant à la rescousse, Death m’aida à me débarrasser d’un ennemi un peu trop turbulent tout en m’apportant la réponse qu’il me manquait. Des rats géants ? Quelle horreur, c’était vraiment écœurant. Extérieurement, je me contenta de froncer les sourcils tandis qu’intérieurement, je tirais la langue de dégoût. Toujours laisser paraître le minimum et encore, ce mouvement de sourcil avait été imprévu. Depuis que mon père avait repris mon éducation et fait de mon son héritière, il m’avait élevé avec une règle d’or que je me devais de toujours respecter : « Ne montre jamais tes émotions. Bride-les, cache-les que personne ne sache jamais ce qu’elles sont. Toi seule dois y avoir accès, tu seras vaincue sinon. » Et je grandissais dans cette optique aussi était-il difficile pour moi de me socialiser. Je limitais mes relations, le contact avec autrui. Mon père me rappelait sans cesse que l’amour et l’amitié était une faiblesse. Seul l’esprit pouvait vaincre. Une éducation guerrière ne laissant guère place aux amitiés.

Et pourtant pour la première fois de ma vie je doutais de l’enseignement de mon père. Ce que je faisais était interdit, jamais je n’aurais dû accepter la proposition du loupiot. Et pourtant, l’envie d’être comme tout le monde m’avait attirait, celle d’être un simple loupiot ne faisant que jouer en compagnie d’un camarade. Et maintenant que je jouais, je trouvais cela amusant. Ou alors était-ce Deathburn qui rendait ce jeu amusant ? Quoi qu’il en soit, je m’amusais. Une nouvelle précision fut apporté de la part du louveteau : si ces rats parvenaient à nous mordre alors nous deviendront semblables à eux. De quoi vous donner l’envie de redoubler d’effort. Puis alors que jusqu’ici nous nous battions chacun de notre côté, le louveteau vint me rejoindre et combattit à mes côtés, faisant front communs. C’était la première fois que j’avais quelqu’un pour assurer mes arrières et honnêtement, cela arrangeait bien les choses. Mais pour cause mon entraînement singulier, je ne parvenais pas à faire entièrement confiance à Deathburn si bien que même si nos ennemis étaient factifs, je ne pouvais m’empêcher de jeter un coup d’œil dans mon dos de temps en temps. Dos à dos, nous combattions ensemble, nos pelages se mêlant de temps à autre dans notre lutte. A deux, nous devenions plus forts. Sautant l’un par-dessus l’autre, prenant appui sur le corps de l’un, enchaînant des combos dévastateurs… nous étions indestructibles. Du moins, ce fut l’impression que j’eus ce jour-là.

A l’horizon déjà le soleil déclinait et le ciel prenait des teintes rougéennes. Le vent était toujours aussi calme mais l’air se rafraîchissait ce qui n’était pas de refus en ce lieu empli de chaleur bien que naturelle. Combien de temps avions-nous joués au juste ? Plus haut dans le ciel, quelques étoiles faisaient leurs apparitions et la Lune était déjà présente, prête à remplacer le soleil dès ce dernier parti. Essoufflée, j’abandonnais finalement le champ de bataille. A notre rythme, nous avions dû tués des centaines de rats géants -peut-être même plus- et c’était bien suffisant. En combattant aux côtés du louveteau, j’étais même parvenu à perfectionner mes techniques d’attaques, voilà un bon point. Me concentrant sur ma respiration, je m’assis calmement au milieu de la pleine fumante et régula ma respiration haletante pour finalement reprendre un souffle régulier. Une astuce de mon père. Lançant un regard vers Deathburn, je resta un moment interdite le regard impénétrable avant de finalement lancer d’une voix néanmoins détendue :

« Tu t’es bien battu. » Puis continuant d’une voix moins ferme, mon regard s’attendrit : « Je doute que ces ennemis osent un jour revenir après tout, ils viennent de se prendre une belle raclée. »

D’ordinaire je ne me laissais jamais aller à de tels propos ou même acclamation mais cette fois-ci, j’avais envie de faire un effort. Ce n’était pas mon père que j’avais face à moi mais Deathburn, un louveteau de mon âge qui venait de m’instruire l’art du jeu. Certes je n’étais douée pour tout ce qui toucher à la socialisation mais je pouvais au moins essayer. Jamais je n’avais passée autant de temps avec un louveteau, celui-ci était le seul qui su retenir mon attention sans me lasser. Bonne ou mauvaise chose ? Je ne saurais dire.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Saima
Admin
avatar

Messages : 1855
Date d'inscription : 13/12/2009
Age : 23
Localisation : Dans une lampe magique =3

MessageSujet: Re: Quand je serai grand [Silver]   Mar 21 Mai - 21:03

La bataille était infernale. Les rats ne leur laissaient aucun repos! Face à ces ennemis de taille, deux guerriers invincibles se dressaient, les fendant de leurs griffes et de leurs crocs, tel deux légendes. Cette bataille épique ne semblait jamais vouloir se terminer. Silver et Deathburn, un duo parfait contre cette invasion. Les deux louveteaux affrontaient l'ennemi dans un jeu de pair parfait. Quand l'un laissait une partie de son corps à découvert, l'autre se placait automatiquement pour le protéger.

Le combat dura près de deux heures, mais pour Death', cela n'avait pris que quelques minutes tant il avait été absorbé. Jamais encore il n'avait partagé ce genre d'intimité. En fait, il était habitué à devoir se débrouiller seul étant donné la froideur des autres à son égar. Mais Silver, elle, elle avait décidé de passer outre les préjugés. Sans qu'il ne le sache réellement, ce jeu les avait grandement rapprochés. Désormais, un lien les unissait. Ils n'était plus deux louveteaux ordinaires, ils étaient des camarades.

Le soleil déclinait, tintant le brouillard, donnant un aspect oranger. Complètement à bout de souffle face à tous ces efforts fournis, Death' fit quelques pas vers Silver pour s'étaler près d'elle, reprennant son souffle. Le louveteau leva les yeux vers elle et leurs regards se croisèrent. Il y répondit par un sourire, un vrai, puis se redressa pour écouter le commentaire de sa partenaire.

"Tu t'es bien battu."

Touché, il sentit la fierté monter en lui. Silver, la fille du chef de l'armées Gwanfire lui disait qu'il s'était bien battu! Il lui donna un petit coup de patte amical sur l'épaule, heureux d'être ainsi complimenté.

-Merci Silver, toi aussi.

Il se garda de lui faire l'éloge de ses prouesses. Le louveteau n'avait pas souvent de compliments, et en faire revenait, pour lui à trop donner pour l'autre. Il rendait équitablement ce qu'on lui donnait, voilà tout. La loupiotte reprit parole, cette fois plus douce.

"Je doute que ces ennemis osent un jour revenir après tout, ils viennent de se prendre une belle raclée."

Deathburn rit de bon coeur. En effet, les louveteaux s'étaient montrés fort productifs face à ces débilités géantes! Il brassa sa petite queue de droite à gauche, puis acquiesca, s'emballant un peu. Leur succès avait été phénoménal! Death' ne se gêna pas de commenter leurs meilleurs combos, complètement passionné par ce combat qu'ils venaient de mener. En ce moment, il était heureux comme il ne l'avait jamais été. Il avait trouvé une combattante.

Puis, le louveteau prit conscience que le soleil déclinait. Normalement, il rentrait chez sa nourrice à cette heure, mais il n'en avait pas du tout envie. Pas maintenant qu'il avait trouvé Silver. Une certaine crainte plannait dans son esprit. Et si, après avoir quitté sa camarade, il ne la revoyait plus jamais? Des choses arrivaient, parfois. Il ne voulait pas qu'elle disparaisse. Il s'éclaircit la gorge, une lueure d'inquiétude dans les yeux.

-Dis, Silver, est-ce que tu crois qu'on va pouvoir se revoir?

Il inclina doucement la tête, réceptif. Il y avait tellement peu de jeunes qui l'acceptait qu'il ne pouvait laisser tomber la chance d'avoir une telle amie à ses côtés. Car oui, il considérait déjà Silver comme son amie. La jeunesse favorise parfois ce genre de rapprochements dans un court laps de temps. L'innocence, surtout. Mais qu'en était-il de Silver?

_________________
Coming Soon!

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://asteira.forumactif.org/forum.htm
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Quand je serai grand [Silver]   

Revenir en haut Aller en bas
 
Quand je serai grand [Silver]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Quand je serais grand je serais comme mon papa...
» Moi quand je serais grand j'serais fermier, comme ça j'aurais pleins de vaches et pleins de kiri ! [PV:Booth]
» "Quand je serais grande je voudrais être comme toi ! " [Sunny]
» Quand je serai sûre de moi, un petit peu moins fragile, ça ira
» Un jour quand tu seras grand, tu deviendras roi (a)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Wenfile :: |~ AUTRE ~| :: Les Oubliettes-
Sauter vers: